Notedemusique_edited.png

Monty Alexander

Scène Volkswagen

Palais des institutions italiennes

Le pianiste d’origine jamaïcaine, installé aux Etats Unis depuis six décennies, avait déjà séduit Tanger en 2010 avec son swing impeccable. Inspiré par les maîtres, Art Tatum, Oscar Peterson ou Ahmad Jamal, et baigné d’influences caribéennes, il s’impose aujourd’hui comme un classique américain, aux nombreux awards, parcourant sans relâche la planète jazz avec ses trios successifs et ravissant un public mondial séduit par sa personnalité vibrante.
L’album « Love Notes » tout récemment sorti est un premier projet vocal après 75 opus pianistiques et un désir romantique de retour à l’innocence des années 1950.